FAQ

  1. Que dois-je faire maintenant ?
    À compter du 1er juin 2015, les étiquettes des produits Octoral seront conformes au SGH (Système général harmonisé), le nouveau système international standardisé d'étiquetage et de classification des produits chimiques. Pour assurer la conformité à cette législation et cette réglementation, le dos des étiquettes de tous les produits Octoral a été modifié. Ces modifications peuvent avoir une influence sur l'organisation de vos activités :
     
    1. Nouveaux codes-barres
      Cliquez ici pour un complément d'information sur les modifications des codes-barres
    2. Les FDSM sont désormais appelées FDS
      Cliquez ici pour un complément d'information sur la nouvelle appellation FDS.
    3. Références d'article
      Cliquez ici pour un complément d'information sur les ajouts aux références d'article existantes.
    4. Nouveaux pictogrammes et conseils de prudence
      Cliquez ici pour un complément d'information sur les changements relatifs aux pictogrammes et conseils de prudence.
       
  2. Que dois-je faire avec les anciennes étiquettes qui ne sont pas conformes au SGH ?
    Jusqu'au 1er juin 2017 au sein de l'Union européenne, vous pouvez encore vendre et utiliser les produits munis d'étiquettes non conformes (anciennes) que nous vous avons livrés avant le 1er juin 2015. Pour les pays hors de l'Union européenne, nous vous recommandons de visiter le site Internet de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe. Consultez notamment les pages concernant la mise en œuvre du SGH. Si un pays n'est pas mentionné sur le site, cela signifie qu'il n'y a pas d'information à ce sujet ou bien que ce pays n'a pas encore décidé d'instaurer le SGH. Vous pouvez également vous renseigner auprès de votre interlocuteur Valspar Automotive.
     
  3. Le SGH implique-t-il une modification des références d'article ?
    Non, les références d'article ne changent pas. Les références d'article sont inchangées ; il est possible qu'un ajout soit incorporé à la référence de certains articles (par exemple /A ou /B) sur la boîte ou sur l'étiquette.
     
  4. Est-ce que la procédure de commande change ?
    Non, la procédure de commande ne change pas.
     
  5. Dois-je à présent réétiqueter mon stock existant ?
    Ce n'est pas nécessaire. Vous pouvez vendre les produits munis d'anciennes étiquettes jusqu'au 1er juin 2017.
     
  6. Quelles sont les différences entre les anciennes et les nouvelles étiquettes ?
    Jusqu'à présent, nous pouvions combiner les informations dans les différentes langues sur une seule étiquette pour vendre nos produits dans un grand nombre de pays. Dorénavant, nous devons incorporer sur l'étiquette davantage de symboles (en particulier le pictogramme de la flamme), un mot d'avertissement et davantage de phrases H et P (anciennement phrases R et S) et en conséquence, nous ne disposons plus d'un espace suffisant pour inclure les différentes langues sur une même étiquette.

    Nous avons donc été contraints de remplacer de nombreuses étiquettes simples par des étiquettes multiples. Dans certains cas, nous utilisons une étiquette à deux volets ; dans d'autres cas, nous devons commercialiser les articles avec des variantes d'étiquetage. Lorsque l'étiquette comporte 2 volets, vous devez détacher un des volets.

  7. Quand vais-je recevoir la première livraison de produits munis des nouvelles étiquettes ?
    Tous les produits qui sont livrés par Valspar à partir du 1er juin 2015 sont munis d'une étiquette conforme au SGH.
     
  8. Les prix des produits sont-ils modifiés ?
    L'entrée en vigueur du SGH n'a aucune conséquence en ce qui concerne les prix de nos produits.
     
  9. Où puis-je trouver un aperçu des nouveaux pictogrammes et conseils de prudence ?
    Vous trouverez un aperçu en cliquant ici
     
  10. Quelle est la différence entre le CLP et le SGH ?
    En 2003, le Conseil économique et social des Nations Unies a adopté le Système général harmonisé dans le but d'uniformiser à l'échelle mondiale la communication des informations relatives aux matières dangereuses. Les principales raisons de mettre au point un système harmonisé étaient les suivantes :
    - L'imprécision et le risque de confusion induit par les différents systèmes de communication d'informations relatives aux matières dangereuses ;
    - Les différences entre les critères de classification des différents systèmes.
    Les États-membres de l'Union européenne (UE) ont demandé à la Commission européenne de concrétiser les accords des Nations Unies sous la forme d'un règlement européen relatif à la classification et à l'étiquetage pour la livraison et l'utilisation des substances et mélanges chimiques (règlement CLP). Le règlement CLP inscrit le système SGH des Nations Unies dans la législation européenne.